Le mésocentre de calcul de Centrale Nantes, l'un des plus puissants de sa catégorie (classe tier2) en France

Le supercalculateur installé à Centrale Nantes depuis fin 2015 dans le cadre du projet Connect Talent de la Région Pays de la Loire est l’un des centres de calcul régionaux français les plus puissants de sa catégorie (classe Tier2). Équipement de pointe, il permet d'accéder à des niveaux de précision non encore atteints, changeant la donne et libérant de nouveaux potentiels d'innovation.

Le calcul numérique intensif est un outil indispensable pour la recherche comme pour l'industrie : il permet de réduire le coût des essais, facilite l'optimisation et favorise la créativité et l'exploration de nouvelles solutions. Les moyens de calcul sont également un indicateur de la recherche et du développement d'une région, d'une nation.

Un calcul de 24 heures sur un PC classique, seulement quelques minutes sur un supercalculateur

Le calcul haute performance (ou calcul intensif ou HPC - High Performance Computing), consiste à utiliser des logiciels d’acquisition, de modélisation ou d’analyse sur des superordinateurs de plusieurs milliers de processeurs, capables d’exécuter plusieurs milliards d’opérations à la seconde pour modéliser des phénomènes complexes, traiter ou qualifier des gros volumes de données. C’est aussi un ensemble de serveurs conçus pour exécuter des processus de longue durée pour calculer massivement et intensivement des programmes. Ces superordinateurs peuvent être vus comme un grand nombre de machines (serveurs de calcul) reliées entres elles par des réseaux à très haut débit.
Centrale Nantes est le seul établissement d'enseignement supérieur en France à avoir un supercalculateur aussi puissant et ouvert à différents publics.

Les étudiants de l'école bénéficient de cet équipement de pointe, notamment ceux qui suivent l'option "Intégration de techniques numériques en Sciences et calcul intensif". Tout autre enseignement ayant besoin de ressources de calcul (Matériaux et Procédés, Réalité Virtuelle, Ville Numérique, ...) est également concerné. 

L'accès à une partie de ce supercalculateur est également ouvert aux industriels et aux projets de recherche à financement public (accès payant), ainsi qu'à certains projets sélectionnés par un comité technique et scientifique (accès libre).

Ce sera une véritable machine de calcul intensif interactif avec 6 000 cœurs, un environnement de visualisation performant et une capacité qui doublera dans les trois ou quatre ans. Les logiciels de simulation implantés sur ce calculateur permettront d'améliorer le rendement des parcs éoliens terrestre ou offshore, mais également d'étudier la dispersion de la pollution dans les villes, le comportement des matériaux composites, le fonctionnement des moteurs et turbines ou encore de simuler et traiter des données géographiques massives.

Thierry Coupez, spécialiste international du calcul intensif et premier directeur de l'Institut de Calcul Intensif.

 

Fiche technique

  • LIGER, une machine scalaire BULL/Atos DLC720
  • Une puissance crête de 280 TFlop/s (200TF Rmax Linpack)
  • Une ferme de 252 noeuds de calcul (Bi-proc x86 à 12 coeurs/proc @2.5GHz)
  • Plus de 6.300 coeurs CPU Intel Xeon E5v3 (Haswell)
  • 28 cartes accélératrice GPUs NVIDIA K80
  • Un réseau interconnect FDR Infiniband (56 Go/s)
  • Un stockage rapide de 900 To avec Spectrum Scale/GPFS (12 Go/s)
  • Une mémoire système cumulée de plus 32 To
  • Une technologie BULL de refroidissement "au plus près du coeur" avec le Direct Liquid Cooling
  • Un centre de calcul hébergé sur le site de l'Ecole Centrale et administré par le labo ICI

Publié le 9 mars 2017 Mis à jour le 7 février 2019